top of page
  • Adeline

Flamboyant Boudu 2023 !!




Ce n’est pas la pluie ni la gadoue (clin d'œil à Jane B. qui nous veillait de là-haut) qui freinera les bretons si contents de se retrouver au Boudu !

Alors, le week-end du 4 au 6 août dernier, on a pris le bateau, le car ou l’auto pour rejoindre la presqu’île de Crozon, sur la plaine de Landaoudec !



Arrivée le vendredi en début de soirée, j’ai l’immense plaisir de retrouver Sandra Nkaké et ses musiciens pour son concert défendant son nouvel album “Scars”. C’est sous le chapiteau, alias le Cabaret de Seb, que la magie a opéré entre engagement féminin, humain, une force presque shamanique et textes taillés sur mesure : Sandra a frappé très fort !



Côté grande scène Jungle by night, un groupe mené par sept jeunes hollandais hyper joyeux et explosifs ! Chacun est armé de son instrument, entre synthés, batterie, basse, guitare, percussions, trompette, saxophone et trombone, on est gâtés ! Plutôt bluffant ce style hybride !



De retour sous le chapiteau pour découvrir Wati Watia Zorey Band, un joyeux mix entre la chanteuse de Moriarty, Rosemary Stanley et Marjolaine Karlin. Leurs sons et chants rendent hommage à la culture créole de l’Ile de La Réunion, c’est assez surprenant !



Le voyage continu, place à la couleur avec Lila Downs, venue d’Amérique Latine. Magnétique, cette femme impressionne tant par sa voix que par son interprétation. J’ai beau ne pas parler mexicain, la musique m’emporte ! Que dire dans l’objectif : Wow une belle palette de couleurs !



Le girl power se poursuit avec le retour de Sandra Nkaké, croyez-moi, leur énergie était décuplée sur ce second set ! Les bonnes ondes des festivaliers les ont portés, l’univers de “Scars” a pris du relief, un versant plus rock. Mention spéciale pour “Under my skin“, “ Rising up” et “Sisters” qui m’ont bouleversée, secouée. Très beau final avec une cape “My scars don’t lie” !



Un peu de rock avec Franz Ferdinand, tant attendu des bretons : un concert à la hauteur de la ferveur des spectateurs ! Leur jeu est très plaisant à voir et à écouter !



Le mythique sage ivoirien, Tiken Jah Fakoly clôturera cette première soirée avec sa musique engagée, son reggae qui réveille les consciences !




Jour 2, la gadoue, mais avec les chaussures de randonnée aux pieds, on ne risquait rien ! Un grand soleil pour accueillir Roberto Fonseca, ambassadeur du jazz cubain. Très classe, discret derrière son piano et son clavier, il en impose ! Accompagné par ses musiciens, il nous a joué les morceaux aiguisés de “Yesun” son nouvel album et fait redécouvrir ses plus grands tubes !



Sous le chapiteau, ce jour-là, nous avions rendez-vous avec nos voisins normands de La Maison Tellier ! “Atlas” en deux versions live mélangé avec leurs anciens titres, c’était plus doux pour le premier set et plus rock sur le deuxième ! J’ai adoré et les applaudissements brûlants des spectateurs ont mis les frissons aux musiciens ! Très beau moment d’émotion !



Grand coup de soleil avec la déesse malienne Oumou Sangaré ! Une Queen jusqu’aux bouts des ongles ! Fière de ses valeurs humanistes et de son combat pour l'émancipation des femmes, elle nous a littéralement fait chavirer. Ses choristes et musiciens solaires ont fait le show avec elle dans des rythmes et danses traditionnelles, on est parti loin de Crozon pendant plus d’une heure. Un réel coup de coeur !


La suite avec un tour du monde musical express avec Lucky Chops, leurs cuivres et leur énergie dévorante ! Puis Barrut et leurs polyphonies occitanes impressionnantes et frissonnantes.



L’arrivée ensuite sur la scène Landaoudec : la bonne nostalgie avec Les Négresses vertes et leur bodega, mais surtout le tonnerre de Deus !



Oui, Deus, un ovni rock belge qui a électrisé la plaine ! Grande classe ! Les mélodies aux grandes étendues sont addictives. L’ambiance dans la foule était à leur image : intense ! Ça fait du bien d’entendre du rock !


Une des forces de ce festival, c’est clairement le savant mélange des styles tout en gardant une grande qualité musicale et humaine ! Chapeau bas Quai Ouest !



Pour exemple la suite de la nuit avec Wax Tailor et son show à l’américaine puis sur la scène Kermarrec : Opal Ocean : un duo de guitaristes magiciens !



Arrêtons-nous en effet sur ce groupe ! Une grande claque visuelle et sonore ! Jimi Hendrix doit être fier là haut de son influence sur ces jeunes hommes hypra talentueux voire, écoeurants de talent ! Des milliers d’heures sûrement pour arriver à ce niveau de maîtrise guitaristique et de qualité ! Bravo !

Les plus courageux resteront danser, s’ambiancer sur Petit Biscuit et son mix électro !



Une nuit bien agréable auprès des miens et le retour du beau soleil pour le finish !

Le dimanche au Boudu est connu pour un esprit plus familial, Antti Paalanen et son accordéon diatonique venus de Finlande avaient invité les élèves musiciens du Conservatoire de musique de Brest Métropole. Un moment de communion très beau et émouvant !



Mon grand plaisir était surtout de retrouver Alela Diane et The Hackles pour deux concerts hors du temps au Cabaret de Seb : un cadeau !

Entre émotion sur “Ether & Wood”, mon titre préféré piano-voix et “Howling Wind” donnant le maximum de frissons. Nous avons assisté à deux moments hors du temps, une bulle de bien-être total avec les cordes guitare, contrebasse, mandoline mêlés au piano, clarinette et aux voix !



Autre femme présente dans ce festival, Suzanne Vega ! Quelle chance de voir cette artiste que j’ai beaucoup écoutée avec le légendaire “Luka”. Une prestation de haut vol, la chanteuse guitare voix avec Gerry Leonard son guitariste.



Découverte du jour : Dalva ! La voix chaude de la chanteuse Camille m’a épatée ! Son interprétation de titres blues rock était profonde, un régal tant pour les oreilles que pour les photos !



Autre grand moment du soir : Louise Attaque ! En terre conquise, certes, mais qui a mis une ambiance de folie ! Un set qui a rendu hommage à leur premier album (la setlist était la même que leur album éponyme) et aux 25 ans du groupe ! Il faisait chaud dans la foule massée devant la scène Landaoudec ! Un rassemblement du cœur qui a touché tout le monde présent ce soir-là ! Tous “emmenés au vent, emmenés au-dessus des gens” !

La fin de soirée avec Uhaii et Meute entre autres a réchauffé les festivaliers épuisés, mais heureux de leur week-end au Boudu !



Nous, on gardera en tête les douces retrouvailles avec les bénévoles, l’équipe, les artistes et les collègues photographes ! Merci à tous ! Merci aux joyeux festivaliers qui ont posé devant l’objectif , y compris Fanfaraüm et les jeunes mariés ! On a fait le plein d’amour !


On se donne rendez-vous l’an prochain 2,3 et 4 août 2024 !

Et surtout Vendredi 15 décembre pour découvrir les premiers artistes programmés. 

La billetterie ouvrira le samedi 16 décembre sur https://www.festivalduboutdumonde.com




Comentarios


bottom of page