• Adeline

Au château pour "La P'art Belle"


A l'initiative de Louise Robert, la seconde édition du festival breton s'est déroulée les 31 juillet et 1er août au domaine de Kerlevenan, à Sarzeau (56).



La P'Art Belle nous accueillait dans le parc de 30 hectares, un superbe site arboré avec quelques stands associatifs et commerçants.

Le concept, produire des événements en limitant au maximum leur empreinte écologique. En pratique, le festival a mis en place une billetterie éthique, des supports de communication responsables, une alimentation bio circuit court et mise sur des performances artistiques basse consommation avec une scène écoconçue.



L' exposition photographique "Terres & mers nourricières, images d’ici et d’ailleurs", installée dans les bois, avait choisi d'évoquer la production aquacole ou agricole en Bretagne et dans le monde. Jolis clichés et un beau message poussant à réfléchir sur nos habitudes de consommation et modes de production, et leurs limites.

Fier de mettre en avant le patrimoine local, le festival a pu proposer différentes animations, ateliers, une librairie éphémère et conférences.


Dans ce cadre exceptionnel, une programmation artistique bien ficelée !


Pour le samedi, c'est Fredrika Stahl qui a présenté son nouvel album “Natten”. Entourée d'arbres, éclairée par le soleil, la chanteuse suédoise accompagnée de sa bassiste a offert un moment suspendu au public très attentif à sa musique.




Invitée plus que sensible à l'écologie, elle avait composé la bande originale du film documentaire “Demain”, réalisé par Mélanie Laurent et Cyril Dion.

J'ai eu plaisir d'écouter les nouveaux titres comme "Rescue me" ou "Electric" et aussi les titres "doudous" comme la berceuse "Twinkle Twinkle Little Star".


Cyril Atef et Jean-Phi Dary ont proposé un set hybride entre improvisation et arrangements world, surprenant spectacle ! Cerise sur le gâteau une projection de dessins d'enfants sur les murs du château pour clôturer la soirée.



Le lendemain, c'est le chanteur israélien EYÅL aka Eyal Naïm qui nous a emporté pour une belle balade « indie-folk ». Entre piano et guitare-voix, le chanteur à la voix maitrisée, nous a présenté les titres de son premier EP « Softly Clear » à paraître bientôt. Une belle découverte, tendre et entêtante.



Vient ensuite Lubiana, celle que je venais enfin voir sur scène ! Une promesse donnée lors de notre interview Filzik Mag ! Quel bonheur d'écouter les titres de premier album "Beloved" mêlés à ceux de son EP éponyme. Je suis littéralement envoutée par son ôde à l'amour de soi avec "Self love", sa voix couplée aux cordes de sa Kora, instrument traditionnel africain, me donnent des frissons. Les titres solaires "Mama Nianga" et "Take me to Zion" nous font voyager dans un ailleurs, le soleil se couche derrière l'artiste qui rayonne face au château: un grand bonheur ! Son sourire et sa sagesse ont séduit les festivaliers émus !



Mention spéciale pour sa reprise de "Let it be" : Magique !


Plus qu'une cause à soutenir c'est aussi une formidable équipe qu'il faut féliciter pour avoir monté cette seconde édition en peu de temps et dans des conditions complexes liées au Covid ! Bravo à tous et un grand merci pour l'accueil !




Plus d'infos sur : https://lapartbelle.bzh