• Marie-Hélène

Rencontre avec Lina Stalyte



Quand et comment la musique est-elle arrivée dans votre vie ?

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, j'ai toujours eu une mélodie dans ma tête, je chantais tout le temps et partout, je créais des histoires et les scénarios que je fredonnais. J’ai intégré une chorale très tôt, dès la crèche. Les chansons m’ont aidé à exprimer mes pensées et à créer des histoires imaginaires. Mes parents ont très rapidement vu ma passion pour la musique et m’ont encouragé à intégrer le conservatoire.


Pouvez-vous résumer votre parcours musical en quelques phrases ?


J’ai eu une période de 3 ans pendant laquelle je pensais que je pouvais faire autre chose que la musique. J’ai fait un cursus de psychologie qui me plaisait beaucoup, mais je continuais toujours en parallèle à faire des concerts, des enregistrements et des ateliers de chant. Après mes études j'ai voyagé en Europe et je suis venue en France pour étudier le jazz. En dehors de la France, j’ai développé aussi ma carrière à Madagascar, en Espagne et en Lituanie. Malgré la Covid je continue à composer et à produire de nouveaux morceaux avec mon producteur Lef Germenlis qui est basé à Londres.


Quels sont les artistes qui vous ont marqués / inspirés ?

J’ai eu des moments de ma vie où j’ai été très inspirée par des artistes mélancoliques et très novateurs comme Björk, Regina Spector, ou encore Jeff Buckley. J’ai ensuite découvert le jazz, la funk, la soul, le gospel, le hip hop et aussi le RnB alternatif. Je suis particulièrement fan de Billie Holiday, Stevie Wonder, Tyler the Creator et Frank Ocean.


Qu'est-ce-qui vous a donné envie de venir en France ?


Mon voyage à Paris s'est fait un petit peu par hasard ! Après avoir séjourné à Stockholm et Barcelone, j'ai cherché où étudier le jazz, et j’ai naturellement choisi Paris. J'ai toujours eu une fascination pour la langue française, peut-être qu'inconsciemment ça m'a influencé :-)


Avez-vous un souvenir particulièrement marquant d'un de vos concerts jusqu'à maintenant ?


Il y a 2 souvenirs qui me sont chers : Au Washington Square Garden à New York, j'ai joué ma nouvelle chanson Summer nights quand Chris Martin de Coldplay est passé et m'a félicité, un moment improbable ! Je garde également de très bons souvenirs lors de ma tournée à Madagascar. Le public était en feu, les gens ont un groove incroyable là-bas ! J’ai ressenti une vraie connexion avec eux, c’est un très beau souvenir.


Est-ce qu'il y a une rencontre artistique qui a changé votre vie ?


Il en a eu plusieurs… et toujours avec des pianistes :-) Tout d’abord, avec Laurent Marode qui j’ai rencontré à l'aéroport à 7h du matin. Nous prenions le même vol et nous allions tous les deux au stage de jazz de Barry Harris, un heureux hasard ! Depuis, nous avons fait ensemble plein de concerts et de tournées. Il y a aussi ma rencontre avec Lef Germenlis, mon producteur et ami qui habite à Londres. Nous travaillons ensemble depuis maintenant 2 ans. Lef a pris le temps de m’écouter et de comprendre ce que je voulais. Il m’a aidé à produire la musique que j’avais imaginée. Nous travaillons ensemble sur 20 titres !


Vous avez sorti le titre "Big City" fin 2020. C'est un morceau positif et lumineux, qui fait du bien dans la période qu'on traverse. Qu'est ce qui a inspiré ce titre ?


J’ai commencé à composer cette chanson quand j’étais à New York, une ville que j’aime énormément. New York est une ville qui me donne beaucoup d’énergie positive, toutes les rencontres que j’ai faites ont été extrêmement inspirantes. New York est aussi pour moi un endroit symbolique car une histoire d’amour que j’ai vécue là-bas m’a donné l’envie d'écrire cette chanson.



Vous allez bientôt sortir un EP. Pouvez-vous nous parler de ce disque ?


Cet EP est fait pour s'évader, pour planer : ce sont des chansons soul, chill et résolument feel good. Elles permettent de se détendre et de voir les choses positivement. Elles font aussi réfléchir au chemin que l’on prend, à l’importance des personnes que l’on rencontre. Les mélodies douces invitent les pensées à prendre leur envol. C’est aussi une vraie collaboration internationale car les musiciens qui ont enregistré sur cet EP sont tous londoniens. Les chansons qui vont faire partie de cet EP sont My Body, Summer Nights, Moved On, I just wanna et Sittin’ in the Dark.


Est-ce qu'il y a une chanson que vous aimez particulièrement dedans ?


Oui, il y a Moved On, un titre très fort qui encourage à quitter une relation qui ne nous satisfait plus, et My Body, une ode pour l’amour de soi qui invite à arrêter le temps pour prendre soin de soi, à envoyer des pensées positives et reconnaissantes à ce corps qui nous porte et nous sert tous les jours.


Comment voyez-vous les prochains mois avec la crise sanitaire toujours présente ?


Je me concentre au maximum sur la composition et la finalisation de l’EP. Il y a tellement de choses à faire que les activités ne manquent pas ! En parallèle de mon travail artistique, je continue d’organiser des sessions régulières avec mes musiciens à Paris pour que l’on soit prêts à monter sur scène et à mettre le feu dès que les salles et les festivals seront de nouveau ouverts :-)


Comment avez-vous vécu ces derniers mois et l'impossibilité de monter sur scène à cause du Covid ?


C'était assez difficile, la scène et le contact humain avec le public me manquent beaucoup, c’est irremplaçable. Vivement que les concerts reprennent ! 😊 On veut retrouver cette sensation, revivre ces moments uniques quand l’énergie du public et celle de l’artiste se mélangent et créent une magie indescriptible.


Quand la reprise des concerts sera possible, dans quelle formation présenterez-vous cet album sur scène ?


Nous allons jouer en quartet : basse électrique, piano, batterie et voix. Je prépare également une surprise pour mon public avec un set solo en piano-voix…


Site internet: http://lina-stalyte.com/fr/