• Marie-Hélène

Olivier Daguerre nous parle de son nouveau livre disque "Miramar - La part Humaine"


Tu as sorti “Miramar - La part Humaine”, un nouveau livre disque, fin avril. Peux-tu nous présenter ce projet ?


J’ai la chance de vivre à Biarritz à proximité d’une plage qui s’appelle Miramar, la plage Miramar et sa fameuse roche percée posée sur l’océan. Cet endroit est un lieu très inspirant pour moi. Il a été le principal déclencheur de mes nouvelles chansons, d'où le titre de l’album. « Miramar », c’est un album de 10 chansons inédites et un livre « Miramar, La part Humaine » qui comporte une nouvelle de l’auteure Louise Quillet et les dessins du peintre Sarane Mathis. Comme dans mes précédents projets chez LamaO Editions sous forme de livre-cd, je tenais à la rencontre de différentes entités artistiques autours de mes chansons.





Pour ce projet, tu avais une vision globale de ce que tu voulais et tu as fait des chansons autour de cette idée ou le projet s’est construit autours de chansons qui sont arrivées progressivement ?


Les chansons sont arrivées progressivement, mais, au niveau de l’inspiration, elles avaient toutes comme point commun, cette fameuse plage. Le projet, le mot générique Miramar s’est alors naturellement imposé à moi. Miramar littéralement « regarde la mer ».


Est-ce qu’il a une des 10 chansons que tu aimes particulièrement et dont tu nous raconterais l’histoire ?


La chanson « Bleu » a une résonance émotionnelle particulière pour moi. On a tous, un objet, un rituel, un lieu où on confie secrètement, nos joies, nos peines, nos humeurs, nos sentiments. L’océan, sa puissance, sa respiration, son horizon, à travers la roche percée de Miramar, est mon lieu de confidence.


Tu avais déjà travaillé avec Sarane Mathis pour les dessins de ton projet précédent “La nuit traversée”. Comment s’est faite cette collaboration ?


C’est le troisième projet que je fais avec Sarane Mathis. Avant Miramar il avait déjà illustré « La nuit traversée » et « 107218 Km/h ». C’est un jeune peintre talentueux, cool, surfer amoureux de l’océan ! Pour Miramar, c’était une évidence qu’il fasse parti de l’aventure !


Comment as-tu rencontré Louise Quillet et qu’est ce qui t’a donné envie de lui demander de participer à Miramar ?


J’ai croisé pour la première fois la route de Louise Quillet à Astaffort où elle participait à un stage d’écriture de chansons organisé par l’association Voix du Sud, et où j’étais intervenant. Louise s’est une rencontre. Sa personnalité, sa sensibilité, son humour, son style d’écriture m’ont interpellé. Je cherchais un auteur ou une auteure pour écrire sous forme de nouvelles autours de mes chansons. Je lui ai parlé du projet Miramar. Elle était partante ! Je lui ai envoyé les maquettes des chansons. Elle a écrit la nouvelle « La part humaine ».


Cela fait maintenant plusieurs fois que tu sors un livre-disque. Qu’est ce qui te plait dans ce format ?


Afin de pallier au tout digital et à la quasi disparition du support physique, je cherchais un support différent du vinyle et du cd. Aussi lors de divers projets j’ai toujours aimé créer des passerelles et croiser différentes formes artistiques. La rencontre avec l’éditrice Fany Souville a fait le reste. Via sa maison d’édition LamaO Editions, elle m’a présenté sa façon de travailler dans la réalisation d’un très bel objet sous forme de livre-disque.



Comment travaillez-vous ensemble, qui fait quoi ?


Dans la joie et la bonne humeur, avec Fany nous travaillons en binôme. Je m’occupe du contenu artistique et Fany sublime le tout, de par son œil extérieur et sa façon de rassembler les différentes entités artistiques. Elle s’occupe du graphisme, de la mise en page, de toutes les étapes qui mènent à la fabrication du livre-cd.


Les derniers mois ont été assez particuliers. Comment as-tu vécu cette période ?


Passé les premiers jours de tristesse, de sidération, durant cette période j’ai essayé d’optimiser, quotidiennement, les moindres instants de poésie qui s’offraient à moi.


Est-ce que c’est une période où tu as été très créatif ou au contraire pas vraiment ?


En ce qui me concerne, la période fût progressivement créative.


Est-ce que tu as des concerts de prévus bientôt pour présenter Miramar sur scène ? Si oui, dans quelle formation ?


J’ai repris les concerts depuis le 11 juin 2021 en formation duo, accompagné par mon complice de toujours, le bassiste Michel Moussel, alias Mimi !

(Toutes les dates sur www.daguerre.mu)